LA PECHE A LA MOUCHE NOYEE

La pêche à la mouche noyée




Définition

Pour la pêche à la mouche noyée, le pêcheur utilise des leurres, imitant des larves d'insectes qui dérivent sous l'eau, à différente profondeur.
C’est l’inverse de la pêche à la mouche flottante ou sèche, qui lui simule un insecte en surface.


Le matériel

La canne

La canne est fonction du nombre de mouches que l'on emploi:
- pour lancer 2 ou 3 mouches, on utilise le cas une canne de 3 m environ (la même que pour la mouche sèche),
- pour lancer plus de mouches, on utilise une canne de 4 à 5 m, plus puissante.

La soie et le bas de ligne

On utilise le même type de soie que pour la pêche à la mouche noyée. On utilise un bas de ligne en fil nylon de 2 à 3 m, sur lequel on attache plusieurs dérivations espacées de 40 à 50 cm, de 10 cm de long chaque, fonction du nombre de mouches utilisées.
On place une mouche à chaque bout de ligne.

la mouche noyée

Par définition, la mouche noyée doit couler dans l'eau. C’est pourquoi, pour la fabrication du corps, des matériaux spongieux comme la laine sont utilisés, avec des hameçons lourds ou lestés. Les ailes (hackles) ne doivent pas être rigide pour se déployer dans le courant.
On peut plomber certaines mouches pour qu‘elles coulent plus rapidement.
Le choix d'une mouche noyée, plus facile à faire qu'avec une mouche sèche, est fonction: du poisson, de la saison, de l'heure de la journée, de la luminosité, du courant et de la profondeur d'évolution.
Il ne faut pas hésiter à changer de modèle d'insecte pendant la partie de pêche, afin de trouver le plus efficace.


fabrication des mouches noyées

On utilise les mêmes techniques et le même matériel que pour la construction des mouches sèches.
La qualité des ailes est moins importante que pour la mouche sèche.
Le corps est réalisé en poils ou en laine, que l'on enroule avec de la soie sur la hampe de l'hameçon.
Pour qu'elle descende rapidement vers les profondeurs, on peut ajouter à cette mouche, un poids de 1 ou 2 g enroulé autour de la hampe de l'hameçon. La pêche.

Le pêcheur utilise les mêmes gestes que pour le lancer de la mouche sèche. La différence notoire réside dans l'arrivée dans l'eau de la mouche : pour la mouche sèche, on recherche une grande légèreté dans le poser, alors que pour la mouche noyée il doit être plus lourd.
Quand on pêche avec plusieurs mouches, le pêcheur doit faire attention que le train de mouches ne s’emmêle dans l'air.
Lors du poser, au moment de l'impact dans l'eau, le pêcheur doit veiller à ce que les mouches pénètrent dans l'eau avant la soie, en soulevant la canne.
Une fois dans l'eau, les mouches doivent suivre les mouvements de la rivière. En l'absence de courant, on les anime par petites tractions sur la ligne.

11 votes. Moyenne 3.09 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×